Maison des Hommes et des techniques

Les autres sites industriels patrimoniaux voisins

Les Ateliers et Chantiers de Bretagne

Vue sur les ACB probablement en 1984À partir de 1898, la société E. de La Brosse et Fouché, fondée en 1895, acquiert diverses sociétés et se développe sur la Prairie-au-Duc en créant des ateliers de constructions mécaniques et de chaudronnerie en complément de son chantier naval. Devenue en 1909 les Ateliers et Chantiers de Bretagne, l'entreprise s'étend sur l'actuel espace bordé par le boulevard Léon Bureau et celui de la Prairie-au-Duc, les rues Lanoue-Bras-de-Fer, La Tour d'Auvergne et Léon Durocher.

Au terme d'une histoire complexe, faite de fusions, absorptions et restructurations, et dont Alstom constitue le dernier épisode, cet espace est vendu en 2003, dans sa majeure partie, à la Communauté urbaine de Nantes. Sur ce site demeurent des halls des ateliers de mécanique et de chaudronnerie, ainsi que l'ancien bâtiment de direction et des services administratifs et techniques (1976), en cours de réhabilitation depuis 2006.

La raffinerie à sucre Béghin Say

La raffinerie de sucre Beghin-SayAu début du XIXsiècle s'installe l'entreprise de raffinage de sucre créée par Louis Say. Elle fusionne en 1935 avec la raffinerie Billard et en 1968 avec celle de Chantenay, enfin avec la maison Béghin en 1973. Bâtiment à sept étages composé de deux grandes halles en béton et d'une cheminée, il doit ses couleurs vives à une décoration mise en place au début des années 1990.

L'usine d'engrais Avril et Fiteau

Elle est créée en 1891 par Eugène Avril et Gustave Fiteau et prend le nom « Avril et fils » en 1950. Il en subsiste une maison de style Directoire sur le quai François Mitterrand, un bâtiment en structure de bois à surélévation centrale au niveau du faîtage, et une cheminée en briques cerclée d'anneaux de fer.

La gare de l'État

La Gare de l'Etat copyright Archives municipales NantesConstruite en 1884 par le réseau de chemin de fer de l'État, elle est d'abord destinée au transport de passagers. Puis, elle devient une gare de marchandises en lien avec le caractère industriel du site. Suite à la fermeture des chantiers navals, elle décline. Mais en 2001, la municipalité décide de la restaurer pour y installer les syndicats. Depuis cette date, elle s'appelle « Maison des syndicats ».

 

 

 

 

Haut de page